Contactez-nous au 04 76 14 00 10
du lundi au jeudi de 09h à 12h30 et de 14h à 18h
Les conseillers vous renseignent par téléphone ou sur rendez-vous

Thermographie 2019-2020 : la saison bat son plein

Cette année 2019, 16 soirées ont été organisées par l’Espace Info Énergie dans tout le département de l’Isère. L’occasion pour plus de 300 personnes de comprendre le fonctionnement de la caméra infra-rouge et surtout d’apprendre à analyser les clichés.

Une technologie à prendre avec des gants

À savoir : la caméra thermique est en fait un appareil photo qui montre le rayonnement infrarouge émit par les matériaux. Les clichés pris par une caméra thermique sont appelés thermogrammes. Ces clichés doivent être interprétés en prenant en compte plusieurs points de vigilance.

Conditions météo

  • Vérifier qu’il y a bien un écart de température d’au moins 15°C entre l’intérieur du logement et l’extérieur,
  • faire les thermographies de façade (extérieure) au petit matin avant que le soleil ne chauffe les façades,
  • éviter les jours de pluie pour que les façades ne soient pas mouillées.

L’échelle de température

Rouge et bleu ne veulent pas forcément dire chaud et froid. Ces couleurs montrent uniquement la zone la plus chaude (en rouge/jaune) et la zone la plus froide (en bleu), ce qui est important c’est l’écart de température entre la zone chaude et la zone froide.

L’émissivité des matériaux

Chaque matériau émet les infrarouges de façon différente (le bois n’émet pas les infrarouges de la même manière que l’acier, le béton, etc.) ce qui impacte la température affichée par la caméra. Cette dernière ne correspond pas forcément à la température réelle des matériaux, mais à la façon dont la caméra les visualise.

Il convient donc de :

  • prendre en compte uniquement les écarts de température et non pas les valeurs
  • vérifier que le revêtement thermographié soit uniforme : deux revêtements/matériaux différents ayant des émissivités différentes, ne permettent pas de comparer l’écart de température (par exemple un mur peint et un mur avec du lambris ou de la tapisserie : ces revêtements sont différents et donc non comparables, idem pour une fenêtre et un mur, etc.).

En résumé

Une caméra thermique ne quantifie pas les déperditions énergétiques d’un bâtiment : elle fait seulement apparaitre des différences sur une paroi uniforme (zone isolée/zone non isolée). Cet outil ne permet pas de visualiser si une paroi est beaucoup, peu, ou pas isolée. On ne peut donc pas évaluer avec précision les pertes d’énergie.

L’essentiel pour connaitre la performance d’un bâtiment est de regarder conjointement les consommations d’énergie (en tenant compte des habitudes de chauffage), l’époque et le type de construction et les éventuels travaux d’isolation qui ont pu être réalisés au cours de la vie du bâtiment. Ce sont surtout ces informations qui permettent d’estimer la performance d’un bâtiment et de savoir où il faut agir en priorité pour l’améliorer.

Pour en savoir plus sur la thermographie, venez rencontrer nos Conseiller·ère·s lors des soirées thermographiques dont les dates sont disponibles dans l’agenda.

Thermographie 2019-2020 : la saison bat son plein

Cette année 2019, 16 soirées ont été organisées par l’Espace Info Énergie dans tout le département de l’Isère. L’occasion pour plus de 300 personnes de comprendre le fonctionnement de la caméra infra-rouge et surtout d’apprendre à analyser les clichés.

Une technologie à prendre avec des gants

À savoir : la caméra thermique est en fait un appareil photo qui montre le rayonnement infrarouge émit par les matériaux. Les clichés pris par une caméra thermique sont appelés thermogrammes. Ces clichés doivent être interprétés en prenant en compte plusieurs points de vigilance.

Conditions météo

  • Vérifier qu’il y a bien un écart de température d’au moins 15°C entre l’intérieur du logement et l’extérieur,
  • faire les thermographies de façade (extérieure) au petit matin avant que le soleil ne chauffe les façades,
  • éviter les jours de pluie pour que les façades ne soient pas mouillées.

L’échelle de température

Rouge et bleu ne veulent pas forcément dire chaud et froid. Ces couleurs montrent uniquement la zone la plus chaude (en rouge/jaune) et la zone la plus froide (en bleu), ce qui est important c’est l’écart de température entre la zone chaude et la zone froide.

L’émissivité des matériaux

Chaque matériau émet les infrarouges de façon différente (le bois n’émet pas les infrarouges de la même manière que l’acier, le béton, etc.) ce qui impacte la température affichée par la caméra. Cette dernière ne correspond pas forcément à la température réelle des matériaux, mais à la façon dont la caméra les visualise.

Il convient donc de :

  • prendre en compte uniquement les écarts de température et non pas les valeurs
  • vérifier que le revêtement thermographié soit uniforme : deux revêtements/matériaux différents ayant des émissivités différentes, ne permettent pas de comparer l’écart de température (par exemple un mur peint et un mur avec du lambris ou de la tapisserie : ces revêtements sont différents et donc non comparables, idem pour une fenêtre et un mur, etc.).

En résumé

Une caméra thermique ne quantifie pas les déperditions énergétiques d’un bâtiment : elle fait seulement apparaitre des différences sur une paroi uniforme (zone isolée/zone non isolée). Cet outil ne permet pas de visualiser si une paroi est beaucoup, peu, ou pas isolée. On ne peut donc pas évaluer avec précision les pertes d’énergie.

L’essentiel pour connaitre la performance d’un bâtiment est de regarder conjointement les consommations d’énergie (en tenant compte des habitudes de chauffage), l’époque et le type de construction et les éventuels travaux d’isolation qui ont pu être réalisés au cours de la vie du bâtiment. Ce sont surtout ces informations qui permettent d’estimer la performance d’un bâtiment et de savoir où il faut agir en priorité pour l’améliorer.

Pour en savoir plus sur la thermographie, venez rencontrer nos Conseiller·ère·s lors des soirées thermographiques dont les dates sont disponibles dans l’agenda.


Retourner à la Pie du mois de décembre

Voir les éditions précédentes